Fleur Oranowsky Praticienne en Hypnose Ericksonienne -  Hypno-Naturopathe

Adresse sur demande à La Colle sur Loup (06480)

06.40.39.64.32.

fleur.naturo@yahoo.fr

www.fleurnaturo.com

Hypnose Ericksonienne, Naturopathie et Astro-Psychologie à La Colle sur Loup, Nice, Cannes, Antibes, Saint Laurent du Var, Cagnes sur Mer, Villeneuve Loubet

My Pick:

J'ai testé pour vous... La Lithothérapie

February 27, 2016

1/1
Please reload

Search By Tag:
Please reload

Stay In The Know:

J’ai testé pour vous … Le jeûne intermittent

June 13, 2016

 

 

 

Lorsqu’on parle des bienfaits du jeûne intermittent, on évoque généralement la perte de poids par la réduction des calories ou la prévention du diabète grâce à une meilleure sensibilité à l’insuline voire les bénéfices pour l’hormone de croissance ou la santé cardiovasculaire. C’est déjà pas mal !

Mais si tous ces effets sur votre physique et votre santé ne suffisent pas, j’ai trouvé des textes qui ont poussé l’analyse encore plus loin…

Et loin de poursuivre un objectif de perte de poids (car j’estime ne pas en avoir besoin et suis très satisfaite de l’aspect extérieur de mon corps aujourd’hui), j’ai opté pour cette solution afin d’aider mon corps à se détoxifier, et donc à mieux fonctionner seul.

Je vous explique tout : en quoi cela consiste, comment le mettre en œuvre et quels sont les effets ressentis.

 

  • Le jeûne intermittent: en quoi ça consiste ?

 Popularisée par Martin Berkhan sous le nom de « Leangains » (www.leangains.com), la méthode 16/8 du jeûne intermittent consiste à alterner des périodes de jeûne de 16 heures avec des fenêtres d’alimentation de 8 heures. Durant cette fenêtre d’alimentation, vous pouvez manger ce que vous voulez (en respectant vos macronutriments…) et le nombre de fois que vous voulez (en général, ça consiste à faire 2 ou 3 repas).

 

  • Intérêts et bienfaits du jeûne intermittent avec la méthode 16/8

L’intérêt principal de la méthode « Leangains » est qu’elle a été conçue pour les sportifs et qu’elle s’adapte parfaitement à des entraînements soutenus, notamment en raison de la « manipulation » hormonale (naturelle) qui en résulte : vous obtenez chaque jour une sécrétion soutenue d’hormone de croissance, ce qui favorise à la fois la construction musculaire et la lipolyse (fonte de la graisse).

L’autre intérêt de la méthode 16/8 est qu’elle s’organise autour d’une pratique quotidienne, ce qui permet une adaptation rapide du taux de ghréline( hormone qui donne la sensation de faim) donc une sensation de faim assez rare (ou en tout cas qui se dissipe rapidement). Et comme les repas sont assez copieux, la sensation de satiété (qui est, elle, amorcée par la leptine), est suffisamment marquée à chaque fois pour être satisfaisante, ce qui limite toute envie de grignotage.

  • Inconvénients et difficultés du jeûne intermittent avec le protocole 16/8

Très honnêtement, il y a peu de difficultés avec la méthode « Leangains ». La première semaine peut être un peu compliquée parce qu’on se fait tout un monde de cette fenêtre de 8 heures pendant laquelle on a le droit de manger, mais on s’adapte assez rapidement et cela devient très vite naturel. La seule complication à prévoir est en cas d’emploi du temps trop fluctuant : l’idée étant de manger sur une plage horaire similaire chaque jour, c’est difficile à mettre en œuvre si on a des horaires décalés ou un planning hebdomadaire changeant.

Autre cas particulier : les sportifs contraints de s’entraîner de bonne heure. Il faut alors choisir entre manger tôt (et donc s’arrêter de manger tôt…) ou attendre plusieurs heures pour s’alimenter et risquer ainsi d’entraver sa récupération. Il n’y a pas de réponse universelle à cette question, il faut trouver une réponse adaptée à l’objectif poursuivi (performance, entretien, perte de poids, gain de force…).

  • Comment pratiquer le jeûne intermittent avec la méthode 16/8

 

La mise en œuvre de la méthode 16/8 est très simple : prenez un petit-déjeuner gras et protéiné à votre habituelle, et un déjeuner équilibré, puis faites un bon goûter bien équilibré vers les coups de 16h. (C’est la méthode la plus simple pour ne pas avoir de coups de pompe en pleine journée et ainsi recharger le corps en bonne énergie suite au jeûne dont une grande partie est nocturne). Ou bien simplement, trouvez une fenêtre d’alimentation qui colle avec vos horaires de travail et votre mode de vie. Il n’y a strictement aucune règle absolue pour l’agenda, c’est à vous de faire ce qui vous arrange… et ce qui est durable.

En outre, contrairement à un jeûne permanent, le jeûne intermittent ne nécessite pas de préparation alimentaire au préalable. On peut manger ce que l’on veut, et autant qu’on le souhaite pendant la période des 8 heures, tout en respectant, bien sûr l’apport en macro nutriments dont le corps a besoin (protéines – glucides – lipides).

 

  • Autophagie et réparation cellulaire : en quoi ça consiste ?

En limitant stratégiquement les calories sans pour autant cesser de vous alimenter, vous forcez votre corps à chercher de l’énergie ailleurs que dans le contenu de votre intestin, ce qui favorise la réparation cellulaire par le biais d’un processus qui s’appelle l’autophagie.

En résumé, c’est un processus qui amène vos cellules à se tourner vers leurs propres protéines endommagées pour trouver de l’énergie, ce qui met en place une sorte de système de nettoyage interne de vos cellules saines. Et cela n’a rien d’anecdotique ou de cosmétique car l’autophagie joue un rôle important dans :

  • Le maintien de l’homéostasie (l’équilibre général de votre métabolisme): en permettant l’élimination et le remplacement continuel des protéines et des organites non fonctionnels.

  • Le renforcement du système immunitaire à l’échelle de la cellule : en permettant l’élimination des pathogènes intracellulaires.

  • L’adaptation et la survie des cellules soumises à des conditions de stress : et il est désormais clair que le stress est le mal du siècle. Autant se désintoxiquer physiquement régulièrement de tout le mauvais qu’il engendre sur notre corps.

  • Quelques applications concrètes du jeûne intermittent et de l’autophagie

Oui oui vous avez bien compris: il s'agit bien de s'auto-manger, se manger soi-même! Mais pas n'importe quoi, n'importe où! 

On sait que les cellules cancéreuses présentent généralement une capacité autophagique plus réduite que les cellules normales, ce qui amène de nombreux médecins à recommander à leurs patients atteints du cancer un protocole de jeûne intermittent afin de limiter la prolifération et l’inflammation des cellules tumorales. De nombreux témoignages attestent également que le jeûne permet de mieux supporter la chimiothérapie.

Pour une expérience cosmétique, faites un jeûne de 24 heures (en maintenant une bonne hydratation) et regardez l’état de votre peau. Vous serez surpris de l’efficacité de cette « recette beauté » qui coûte exactement 0 €.

Attention, si l’autophagie est un processus bénéfique à court terme, ce cycle peut être dangereux à long terme. C’est bien pour ça qu’on parle de jeûne intermittent et non de jeûne permanent. Il s’agit d’améliorer sa santé grâce à la diététique, pas de s’autodétruire comme le font les anorexiques.

Gardez donc à l’esprit que les périodes de jeûne sont brèves et que dès que vous mangez à nouveau, une nouvelle cellule toute propre va remplacer l’ancienne cellule nettoyée, et ce cycle complet aide à prévenir la maladie et le vieillissement.

Cela ne vous rendra peut-être pas immortel… mais en nettoyant le système plus vite qu’on ne le salit, les hypothèses deviennent infinies.

 

 

  • La règle d’or du jeûne intermittent avec le protocole 16/8

Soyez cool ! La fenêtre de 8h pendant laquelle vous avez le droit de manger n’est pas une prison. Si vous jeûnez pendant 17h ou 18h, le monde ne s’écroulera pas. Idem si vous mangez sur une période de 9h ou même de 10h pour une raison ou pour une autre. Fixez-vous un agenda et faites au mieux pour vous y tenir, mais ne paniquez pas si vous sortez des clous.

Si vous foirez (et craquez sur ces jolis et délicieux biscuits qui vous font de l’œil depuis le placard interdit de la cuisine), foirez (juste) un peu. Ce n’est pas la peine de tout envoyer en l’air parce que vous avez eu un (petit) moment de faiblesse. Décalez légèrement votre fenêtre le jour suivant en mangeant pendant 6h ou 7h. Allégez vos repas du lendemain si vous avez abusé la veille. Bref : restez souple, adaptez-vous et retrouvez le chemin de la réussite.

  •  Le jeûne intermittent : ce que j’ai ressenti

Pour être honnête, j’avais déjà testé le jeûne long. J’étais partie dans un objectif de jeûner 3 jours d’affilée. Eh bien quelle ne fut pas ma déception de ressentir tous les effets négatifs du jeûne au bout d’à peine une journée ! Maux de tête persistants, déprime voire état dépressif, baisse d’énergie me rendant complètement apathique, mauvais sommeil : etc.

Comme je continuais de travailler et avais considéré que je ne pouvais me présenter dans un état lamentable devant mes patients, je décidai alors de rompre mon jeûne au bout d’1 jour et demi.

Ce fut donc une première expérience non concluante de jeûne qui me fâchait avec ce concept.

Du coup, lorsque ma formatrice en hypnonutrition m’en reparla, évoquant les multiples bienfaits du jeûne intermittent, je décidai de me documenter sur la pratique et en trouvais ces quelques lignes vraiment convaincantes. Et si je le conseille à mes patients, plus dans une optique de perte de poids, je souhaitais pour ma part, l’expérimenter dans une visée de « nettoyage » corporel (à l’intérieur, bien sûr ! Pour l’extérieur, une douche par jour me suffit très bien !).

Me voici donc ici, en train de vous écrire, toute régénérée et énergisée, pour vous faire part des grands bienfaits ressentis suite à un jeûne intermittent que je suis depuis 3 jours.

Il est vrai que le 1er jour, j’ai ressenti la faim tenace à l’heure où je prends habituellement mon dîner. En buvant de l’eau et même une infusion, cette sensation de faim s’est bien vite dissipée. Et j’ai pu vaquer à mes occupations du soir sans difficulté aucune et ensuite me laisser tomber dans les bras de Morphée jusqu’au lendemain, sans effets secondaires indésirables.

Le matin suivant, quelle ne fut pas ma surprise de ressentir une grande forme que j’avoue encore avoir du mal à faire perdurer dans ma matinée ! Et depuis 3 matins, je suis emplie d’une grande énergie et d’un moral à tout rompre ! Et qui plus est, d’une peau zéro imperfection avec un teint lumineux (ok, mes meilleurs amis vous diront que je n’ai pas besoin de jeûner pour être lumineuse, soit !) Mais les résultats cosmétiques sont eux aussi prouvés et reconnus avec cette méthode.

Même s’il m’arrive dans la soirée d’avoir le moral qui flanche(l’espace d’1 minute) en songeant à une belle salade composée ou à un plateau de sushis, je parviens très vite à me recentrer sur mon objectif, grâce à la méditation et à des activités douces telles que la lecture, ou bien regarder un bon film sans violence…

J’ai même l’impression de devenir « addicte » à cette pratique car une fois la période de moral un peu en berne passée, je ressens une grande satisfaction d’avoir pu écouter mon corps et ressentir tout le grand bien que je lui fais en me permettant de mettre mon système digestif au repos.

 

 

Je continue donc cette pratique une petite semaine afin d’en voir les effets positifs à long terme. Pour le moment, rien qui ne soit mauvais. Pas de sensation de fatigue, de maux de tête, ni d’épuisement : une grande énergie et un sentiment de m’alléger (sans doute le poids de ces fameux kilos émotionnels qui pèsent plus sur l’âme que sur le corps en réalité). Alors, bien évidemment je recommande cette pratique de jeûne intermittent à tous qui peut être, pourquoi pas, un pas vers un jeûne permanent un jour !... Qui sait ?

Et si vous avez encore des peurs ou des appréhensions pour faire le 1er pas, pensez à vous entourer de praticiens en nutrition, ou naturopathes qui sauront mieux de quoi il s’agit ! Si vous faites partie de ces cas si particuliers car atteints d’une pathologie grave par exemple (maladie auto-immune, cancer,…), je recommande d’autant plus cette pratique qui vous permettra de stimuler le pouvoir d’auro-guérison naturel de votre organisme. En revanche, si vous êtes enceinte et/ou allaitez, je préconiserais d’attendre plutôt la fin de votre période de grossesse et de votre allaitement afin de ne pas influer sur le cycle hormonal mis en place dans l’intérêt du bébé et de la future maman.

Pour le vivre au mieux, je vous invite à me contacter afin d’en savoir plus de vive voix ! Un numéro unique : 06.40.39.64.32. Ou une adresse mail : fleur.naturo@yahoo.fr

 

 

 

 

 

 

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now