Fleur Oranowsky Praticienne en Hypnose Ericksonienne -  Hypno-Naturopathe

Adresse sur demande à La Colle sur Loup (06480)

06.40.39.64.32.

fleur.naturo@yahoo.fr

www.fleurnaturo.com

Hypnose Ericksonienne, Naturopathie et Astro-Psychologie à La Colle sur Loup, Nice, Cannes, Antibes, Saint Laurent du Var, Cagnes sur Mer, Villeneuve Loubet

My Pick:

J'ai testé pour vous... La Lithothérapie

February 27, 2016

1/1
Please reload

Search By Tag:
Please reload

Stay In The Know:

HYPNOSE ET PERFORMANCES SPORTIVES

May 15, 2018

 

Au-delà du coaching mental, il y a l'hypnose. Encore mal perçue en France, elle est courante outre-Atlantique où des dizaines d'hypno thérapeutes ont intégré les équipes d'entrainement des athlètes de haut niveau. Alors, pourquoi attendre d’intégrer enfin un modèle gagnant-gagnant en France ?

 

  • L’utilisation de l’hypnose 

En hypnose il est possible d'accéder à un état de concentration et d’hyper-vigilance idéal pour développer des nouvelles capacités. Dans ce sens, l'hypnose s'avère efficace pour améliorer les performances sportives.

  • L' hypnose pour améliorer les performances sportives

C'est en 1964 que Narcuse a mis à jour un fait qui a eu l'effet d'une bombe parmi les intervenants du milieu sportif. Sur 125 sportifs Olympiques, seulement 20% avaient utilisé des techniques d'imagerie mentale ou de préparation mentale et seulement quelques-uns l'avaient fait de façon répétée et fiable.

Quand on sait qu'à conditions physiques égales ce qui fait la différence, c’est le mental, cette annonce de la part de Narcuse à mis en évidence la mauvaise qualité de préparation des athlètes Olympiques.

Depuis, les choses ont vraiment évolué et il n'est pas rare d'entendre un athlète s'étonner de savoir que certains sportifs "ne font pas appel" à un préparateur mental. L'entraînement cognitif hypnotique est utilisé pour la majorité des athlètes Olympiques et pour un grand nombre de sportifs.

L'utilisation des techniques de préparation mentale permettent à l'athlète d'augmenter la perception sensorielle et le contrôle musculaire. Ainsi il est possible de faire un travail sur la douleur pour les coureurs de marathon (où la douleur est une cause d'abandon) ou les haltérophiles (qui font de leurs tendinites et autres douleurs quotidiennes leur pain quotidien).

Le manque de concentration, le contrôle du dialogue intérieur (la petite voix mentale qui sabote nos efforts) et la réduction des stimuli extérieurs pouvant gêner d'une façon ou d'une autre la concentration de l'athlète, font partie des demandes les plus régulières.  C'est notamment le cas des archers et des golfeurs.

Dans certains cas il est même possible de proposer à l'athlète la possibilité de faire appel à ses capacités de contraction ou d'expansion du temps, notamment pour les disciplines où la gestion du temps est important et souvent capitale (pensez aux coureurs de formule 1).

Le contrôle des émotions est un facteur important. Un excès de colère, une émotion mal maitrisée ou un surplus d'anxiété sont des facteurs menant à l'échec. Quand l'efficacité n'est pas de rigueur, il est nécessaire de prendre le temps de faire d'un travail sur les valeurs.

Parfois, il est indispensable pour l'athlète, de trouver des mécanismes qui permettent d'augmenter l'énergie, de mieux récupérer et ainsi être plus endurant. La motivation et l'enthousiasme participant souvent à un surplus d'énergie. 

De nos jours l'intérêt des méthodes de préparation mentale et d'hypnose appliquée au sport, sont en pleine expansion. Les effets concluants sur les performances des sportifs et des athlètes professionnels permettent de justifier cet intérêt.

 

En marge des aspects techniques et physiques, il y a le facteur mental qui joue un rôle déterminant face à l'épreuve, l'adversité, la difficulté ou la pression psychologique liée à un événement important. Se définissant comme un outil, une méthode de communication et d'exploration de l'inconscient, l'hypnose moderne permet ainsi d'agir sur les capacités physiques et mentales au-delà des limites de la conscience. 

 

 

  • Les principales applications de l'hypnose dans le sport ?

Le domaine est assez vaste.  Cela s’étend plutôt sur l’ordre de la préparation mentale. Une partie s’axera sur du travail émotionnel, c'est-à-dire travailler sur la confiance en soi, sur tout ce qui va aider à la performance afin de donner le meilleur de soi-même lors d'une compétition, le jour d'une épreuve ou d'un match. Et puis il y a une partie en amont qui est plus technique. Par exemple, une personne qui va vouloir progresser techniquement peut savoir exactementce qu'elle devrait faire, mais son corps ne va pas forcément lui répondre exactement comme elle le voudrait. C’est le cas notamment des nageurs, où ma technique est primordiale pour atteindre le Haut Niveau. L'hypnose va justement permettre de créer une flexibilité mentale, en utilisant la capacité à la plasticité du cerveau, et favoriser l'apprentissage ou la correction d'un geste par exemple.  

L'hypnose n'endort pas mais au contraire permet au patient d'être en hyper vigilance!

 

  • Les différences avec le coaching mental classique ?

L'hypnose est à la racine du coaching. La plupart des méthodes de coaching modernes s'inspirent de Milton Erickson, psychiatre américain du siècle dernier, et qui est le père de la communication moderne. 

Il est reconnu comme l'hypnotiseur le plus talentueux de son époque, et tous les préparateurs mentaux étaient ses élèves. Sauf que l'hypnose était très connotée spectacle et divertissement. Alors, le coaching s'est peu à peu dissocié de l'hypnose. Aujourd'hui, l'hypnose regagne ses lettres de noblesse aux États-Unis, notamment dans les écoles et est tout simplement la racine du coaching mental. Aussi, si le coaching “classique” est très efficace en lui-même, ce n'est que lorsqu'on lui ajoute l'hypnose qu'il prend une dimension plus précise et plus profonde.

 

  • Concrètement, comment opère l'hypnose dans le coaching des athlètes ?

En premier, il est primordial de comprendre où se situe le blocage chez le sportif. Est-il d’ordre comportemental ou émotionnel ? Par exemple, certains sportifs courent après la réussite mais, en même temps, ont peur d'elle. 

D’autres vont avoir une pression particulière dès lors qu'il y aura un enjeu. 

L'idée est donc de travailler sur les fonctionnements du cerveau, en expliquant à la personne en quoi consiste les neurosciences, ses réactions émotionnelles, ses apprentissages. C’est en passant par cet état d'hyper conscience (car l'hypnose n'endort pas, mais au contraire permet à la personne d'être en hyper vigilance), on mène les gens vers la compréhension de ce qui se passe à l'intérieur d'eux et ensuite vers la modification des éléments. 

Par exemple, imaginons quelqu'un qui manque de confiance en lui.  Mon travail de thérapeute sera de déterminer avec cette personne exactement où ce manque de confiance joue, et à quel ancrage il peut faire appel pour générer la confiance. Quand ce travail-là est bien fait en amont, au cours d'une compétition, son niveau de confiance augmentera au lieu de diminuer.

 

  • Combien de temps dure une séance avec le sportif ? À partir de quand peut-on voir des résultats ?

C’est très aléatoire. Je peux suivre des sportifs sur toute une saison et d'autres que je verrais de façon plus ponctuelle. 

Concrètement, je rencontre directement la personne et les séances d'hypnose se passent généralement sur le terrain, après un entraînement par exemple ou juste avant ou après une compétition. 

Le but est d'accompagner le sportif dans son travail quotidien. Certaines problématiques se règlent en deux ou trois séances comme avec les personnes qui reviennent de blessure. Il y a des cas qui nécessitent davantage de travail de fond, ce qui peut durer sur une saison entière. Très souvent, je travaille aussi avec les coaches techniques pour faire un travail collaboratif.

 

En conclusion, l'hypnose est une solution très comportementale car elle n'agit pas directement sur la vie de la personne mais avant tout, sur sa manière de penser.

 

 

 

 

 

  • Et en France, comment est perçue l’hypnose dans le milieu sportif ?

Les hypno thérapeutes qui interviennent dans le milieu sportif ne sont pas très nombreux en France. 

L'hypnose dans le sport s'est beaucoup développé aux États-Unis, puisqu'aujourd'hui, une majorité des professionnels de haut niveau sont suivis par un praticien en hypnose. En France, ça reste très rare, sauf au golf ou au tennis où la pratique est plus courante. C'est quelque chose qui n'est donc pas très connu. 

Même lorsque l'on regarde sur internet on se rend compte que ça reste quelque chose de très émergent.  

 

 

En conclusion, je dirais que ma pratique d’ancienne sportive est un réel bonus dans ma pratique aujourd’hui. Je peux entendre leurs problématiques aussi bien sur le terrain sportif, que sur un plan plus personnel. Aussi ai-je une compréhension directe de ce qu’ils me soumettent et peux cibler des solutions qui leur sont concrètes et faciles à mettre en place. 

En outre, si l’hypnose a un résultat concret en termes de performances sportives, alors elle peut également être appliquée aux domaines scolaires, professionnels ou personnels. Là où il y a demande de performance, le mental doit s’avérer un allié plutôt qu’un frein. Plus de renseignements par mail : fleur.naturo@yahoo.fr,  ou au 0640396432.

 

 

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now