Fleur Oranowsky Praticienne en Hypnose Ericksonienne -  Hypno-Naturopathe

Adresse sur demande à La Colle sur Loup (06480)

06.40.39.64.32.

fleur.naturo@yahoo.fr

www.fleurnaturo.com

Hypnose Ericksonienne, Naturopathie et Astro-Psychologie à La Colle sur Loup, Nice, Cannes, Antibes, Saint Laurent du Var, Cagnes sur Mer, Villeneuve Loubet

My Pick:

J'ai testé pour vous... La Lithothérapie

February 27, 2016

1/1
Please reload

Search By Tag:
Please reload

Stay In The Know:

"Le corps, l’âme, et l'esprit sont très étroitement connectés"

June 23, 2018

Ils sont tous les 3 étroitement liés. Aussi, apprendre à gérer leurs interactions nous permet d'améliorer notre santé.

  • Les liens entre corps, âme et esprit ont longtemps suscité une grande méfiance. 

Les hommes ont longtemps traité le corps comme un outil. Nous en attendions le silence, c'est-à-dire la santé ; la jouissance des organes et des sens, l'obéissance - pour nous transporter et nous servir. 

  • Pourquoi notre regard a-t-il évolué ?

Diderot et Rousseau ont, les premiers, réhabilité le corps, en montrant combien l'humain est un être sensible et à quel point ses ressentis corporels et émotionnels contribuent à son équilibre et son identité.

A partir du XXe siècle, médecine, psychologie et neurosciences ont exploré de manière scientifique la notion d'intelligence du corps. Nous comprenons désormais le corps non comme un empilement d'organes sur lequel régnerait le cerveau, mais comme une entité complexe et subtile, siège d'une foule d'interactions. Il en va de même avec la nature : l'écologie nous a appris qu'on ne peut plus la voir comme une simple addition d'animaux et de végétaux, mais qu'il faut la considérer comme un ensemble intelligent dans lequel toutes les espèces sont reliées. Il existe pareillement une écologie corporelle, et tout ce qui concerne le corps concerne aussi le cerveau, donc l'esprit. 

 

  • Laisser une large place au pouvoir de l'esprit

C’est important, d'abord, parce que le corps représente une source considérable d'informations et d'outils pour permettre à l'esprit de bien faire son travail. Par exemple, l'attention prêtée aux messages corporels est une aide précieuse. Le professeur de neurologie Antonio Damasio a montré que les personnes ne ressentant plus d'informations corporelles, en raison de lésions ou de maladies, ont des fonctions intellectuelles perturbées, même si le cortex cérébral est intact. 

Ensuite, c’est nécessaire parce que l'esprit a besoin du corps pour se réguler. Lorsque nous sommes stressés, nous pouvons mieux nous apaiser par le souffle et la détente musculaire que par nos pensées. Mais cela n'est pas spontané, nous devons l'apprendre par des exercices de relaxation, de méditation, qui vont peu à peu modifier nos câblages cérébraux (la fameuse neuroplasticité). 

Les "pouvoirs de l'esprit" sont en réalité des pouvoirs de l'"entraînement de l'esprit"! Et cet entraînement mobilise énormément le corps, notamment par le biais de la régulation des émotions. 

  • Le rôle des émotions

Elles sont à l'exacte interface du corps et de l'esprit, et s'expriment de manière simultanée dans ces deux dimensions : une émotion se traduit toujours par l'apparition de modifications physiques et de contenus mentaux. 

Dans certains cas, l'émotion commence dans le corps : je me sens physiquement mal à l'aise devant quelqu'un qui me ment ou me manipule, avant même de l'avoir compris intellectuellement. Dans d'autres cas, elle commence dans l'esprit : lorsque j'anticipe des soucis à venir, mon corps réagit comme s'ils étaient vraiment là (c'est l'anxiété). On estime aujourd'hui que pensées et émotions sont indissociables, comme les deux faces d'une carte à jouer. 

  • Comment le cerveau rend-il compte de cet enchevêtrement ?

Dans l'évolution des espèces, le cerveau émotionnel apparaît avant le rationnel (le cortex), et les émotions précèdent l'apparition des pensées. 

Nos émotions constituent ainsi une forme de pensée intuitive, par lesquelles s’exprime l’âme, et qui comprend les situations très vite et donne des impulsions corporelles sans besoin que l'intelligence intervienne. 

Lorsque notre espèce a développé son cortex, ce dernier n'a pas "effacé" le cerveau émotionnel, mais s'est, en quelque sorte, branché sur lui. 

  • Une hiérarchie de l’âme sur l’esprit et le corps ?

C'est un peu comme un cavalier et sa monture : qui l'emporte ? Bien sûr, le cavalier semble dominer, mais seulement s'il respecte son cheval, le comprend, et s'entraîne beaucoup avec lui. 

Notre esprit n'est pas tout-puissant ; notre âme envoie beaucoup plus d'informations vers le cortex qu'elle n'en reçoit. C'est la raison pour laquelle il est si difficile de calmer mentalement sa peur ou sa colère, car, pour l'instant - ce sera peut-être différent dans quelques millions d'années -, c'est l’âme qui inonde d'informations et d'injonctions l’esprit, notamment le cortex préfrontal, et non l'inverse. Même si celui-ci envoie aussi des informations en retour - tel que le message "Calme-toi", par exemple, en situation d'émotion forte. 

  • Action de l’esprit sur le corps

Cela passe surtout par la régulation émotionnelle, donc de l’âme : la capacité de diminuer le stress et d'amplifier les émotions agréables. On sait, depuis la fin des années 1950, que les émotions négatives, comme stress ou colère, entraînent des effets délétères sur le corps. Depuis quinze ans, on mesure aussi les bienfaits des émotions positives. Elles rééquilibrent notre système nerveux parasympathique (celui de l'apaisement du corps, qui freine l'action du sympathique, celui du stress), améliorent notre immunité, semblent freiner le vieillissement cellulaire, etc.  

  • Une obsession de bien-être dans nos sociétés occidentales

Le problème n'est pas de prendre soin de sa santé, mais de ne prendre soin que d'elle ! Il existe un tas d'autres choses importantes : faire le bien autour de soi, protéger la planète... 

Mais la vie est bien faite : parmi les émotions positives les plus bénéfiques pour la santé figurent justement la gratitude et la bienveillance, et le contact régulier avec la nature améliore notre immunité. Ces données nous encouragent à prendre soin non seulement de nous, mais aussi de notre environnement, humain et naturel. 

  • Les solutions

Il s’agit de prendre soin de soi, d’une bonne manière pour espérer prendre soin des autres et de l’univers qui nous entoure à une échelle plus large.

La régulation de nos neuromédiateurs, révélateurs de l’équilibre de notre chimie cérébrale permet la paix de l’esprit. Associée à l’hypnose ericksonienne pour entrer en communication avec notre âme, cela a un bénéfice direct sur l’apaisement de notre corps physique. Aussi ai-je mis au point le soin Fleurnaturo afin de concilier corps-âme-esprit dans une seule séance et accéder à un mieux-être au naturel.

Je vous attends sur rd au 0640.39.64.32.

 

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now